Post Image

Une fois n’est pas coutume en ce froid et pluvieux début d’année 2020 la météo était au beau fixe. Ciel d’un bleu azur, soleil implacable; la météo idéale pour pratiquer un peu de photo d’architecture et mettre à l’épreuve un fabuleux objectif: le Canon TS-E 24mm f/3.5L II.
C’est un objectif à bascule et décentrement particulièrement adapté à la photo de bâtiments.
Un peu par hasard je me suis retrouvé dans le Parc de la Boverie. Récemment aménagé pour accueillir à la fois l’extension du musée de la Boverie et la nouvelle passerelle “La Belle Liégeoise” le reliant au quartier des Guillemins. J’y reviendrai.

Le Palais des Congrès de Liège est un palais situé dans le parc de la Boverie, au bord de la Meuse. Construit entre 1956 et 1958, il est l’œuvre du groupe d’architectes l’Équerre.

Un peu d’histoire…

Le Groupe l’Équerre est une agence d’architecture et d’urbanisme moderniste fondée en 1935 à Liège qui a influencé l’histoire de l’aménagement du territoire en Belgique et a occupé une place significative sur la scène urbanistique internationale.

Rassemblant des architectes liégeois auteurs d’une revue éponyme dès 1928, le groupe défend une vision de l’architecture et de l’urbanisme marquée par un modernisme convaincu dont il constitue la frange la plus expressive et radicale en Belgique, inspiré par les théories des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), qu’il contribue à diffuser et dont il assure le secrétariat belge de 1935 à 1958. L’agence se voit notamment confier l’élaboration des plans d’ensemble de la « Grande Saison Internationale de l’Eau », exposition internationale de Liège en 1939, en collaboration avec le Corbusier. L’agence, dont le travail est représentatif du mouvement de l’architecture de la seconde génération du Mouvement moderne, cesse ses activités en 1982

Aujourd’hui

Si le Groupe L’Équerre est aujourd’hui reconnu comme l’un des grands acteurs de l’architecture moderne, ses archives, pourtant récupérées après la liquidation, sont en bonne partie perdues. L’abandon du fonds s’est soldé par la destruction de l’ensemble documentaire, malgré les mises en garde relayées dans la presse spécialisée. En 2008, lors d’un transfert des archives dans les réserves du musée Curtius, des centaines d’archives, de dessins, de correspondances et revues ont irrémédiablement disparu, épargnant seulement quelques centaines de documents, rouleaux à plans et les panneaux de l’Exposition de 1952. Cette situation a amené la communauté scientifique internationale à lancer un appel « pour la sauvegarde des derniers documents essentiels pour la compréhension de l’histoire de l’architecture et de l’aménagement du territoire en Belgique ». Les archives de Paul Fitschy, récupérées par le Getty Research Institute à Los Angeles, y ont été inventoriées et sont accessibles aux chercheurs.

En 2012, est publiée une réédition de l’ensemble des revues – de 1929 à 1939 – dirigée scientifiquement par Sébastien Charlier de l’Université de Liège

Source: wikipedia
Plus d’infos sur la revue “L’equerre” sur le site Reflexions de l’Ulg

Partager
Suivant
Quelques mots sur la retouche photo immobilière